NH4SCN
Thiocyanate d'ammonium

Propriétés chimiques

Le thiocyanate d’ammonium forme des cristaux monocliniques incolores qui apparaissent blancs dans la poudre cristalline. Ils sont très solubles dans l’eau et l’alcool éthylique. La substance est fortement hygroscopique, les cristaux se dissolvent dans l’air. Lorsqu’elle est chauffée à 70 à 120 °C, la thiourée se forme. Lorsqu’il est fortement chauffé à plus de 170 °C, la décomposition a lieu et il se forme du cyanure d’hydrogène, de l’ammoniac et des oxydes d’azote. Le mélange avec l’hydroxyde de baryum produit un mélange de refroidissement efficace. Dans une réaction endothermique, le mélange refroidit jusqu'à -26,7 °C.

Production

Le thiocyanate d’ammonium peut être produit à partir de disulfure de carbone et d’ammoniac sous pression et à température élevée :

CS2 + 2 NH3 → NH4SCN + H2S

Utilisation

Il est utilisé comme stabilisateur pour les révélateurs photographiques, comme accélérateur de vulcanisation, comme accélérateur pour le mortier et le béton et dans les herbicides.

À partir de thiocyanate d’ammonium et d’hydroxyde de baryum, il est possible de produire un mélange frigorifique qui génère des températures particulièrement basses.

En chimie analytique, il sert de réactif de détection pour les ions de fer(III). La couleur rouge très intense en solution aqueuse est due à la présence de [Fe(SCN)3(H2O)3] non dissocié en plus des ions [Fe(SCN)2(H2O)4]+ et [Fe(SCN)(H2O)5]2+.

Sécurité

Le thiocyanate d’ammonium a été inclus par l’UE en 2013 dans le plan d’action continu communautaire (CoRAP) en vertu du règlement (CE) n° 1907/2006 (REACH) dans le cadre de l'évaluation des substances. Cela implique de réévaluer les effets de la substance sur la santé humaine et l’environnement et, si nécessaire, de prendre des mesures de suivi. L’inclusion du thiocyanate d’ammonium a été motivée par les préoccupations relatives au tonnage élevé (agrégé), au ratio de caractérisation des risques (RCR) et à l’utilisation généralisée, ainsi que par les risques associés à son éventuelle classification comme substance CMR et comme perturbateur endocrinien potentiel. La réévaluation a été effectuée à partir de 2015 et a été réalisée par la République tchèque. Un rapport final a ensuite été publié. Il n'était pas nécessaire d’adopter des mesures réglementaires à l'échelle de l’UE.