Sb2O3
oxyde d'antimoine (III)

Propriétés chimiques

L’oxyde d’antimoine(III) est un composé naturel qui se présente sous la forme des minéraux sénarmontite et valentinite.

L’oxyde d’antimoine(III) est une poudre cristalline blanche insoluble dans l’eau. Il se dissout dans les acides et les alcalis concentrés. L’oxyde d’antimoine(III) est présent dans la nature comme l’oxyde d’arsenic(III) dans deux modifications minérales : La sénarmontite cubique est transformée en valentinite orthorhombique lorsqu’elle est chauffée à 570 °C. Ce minéral est également connu sous le nom de “white-spit luster”. Lorsqu’il est chauffé à l’air libre, l’oxyde d’antimoine (III) s’oxyde en tétraoxyde d’antimoine Sb2O4 par absorption d’oxygène. Lorsqu’il est chauffé avec des agents réducteurs tels que l’hydrogène ou le charbon, il est réduit en antimoine élémentaire dans une réaction d’oxydoréduction.

L’oxyde d’antimoine(III) présente des propriétés thermochromiques. Lorsqu’il est chauffé à des températures bien supérieures à 600 °C, le composé devient jaune. Réversiblement, le composé redevient blanc au refroidissement. La cause du changement de couleur est une transformation polymorphe et énantiotropique de la forme cristalline cubique blanche (Senarmontite) en une forme cristalline orthorhombique jaune (Valentinite) à 606 °C. L’enthalpie de formation de la forme cubique est ΔfH = -720,5 kJ-mol-1, celle de la forme orthorhombique ΔfH = -708,5 kJ-mol-1, de sorte que pour la transformation polymorphique, on obtient une enthalpie de transformation de ΔtH = 12 kJ-mol-1.

Production

Une possibilité de production est le chauffage du sulfure d’antimoine (III) dans le courant d’oxygène. Cela produit de l’oxyde d’antimoine(III) et du dioxyde de soufre.

Une autre possibilité est la combustion de poudre d’antimoine dans l’oxygène. Il brûle avec une flamme blanc-bleu pour former de l’oxyde d’antimoine(III) :

4 Sb + 3 O2 → 2 Sb2O3

L’hydrolyse du chlorure d’antimoine(III) produit de la valentinite, qui est métastable à température ambiante et se transforme progressivement en sénarmontite lorsqu’elle est traitée avec des alcalis.

Utilisation

L’oxyde d’antimoine(III) est utilisé comme retardateur de flamme dans les plastiques et le papier. Parfois, il est également contenu à cette fin dans des couvre-matelas. Dans la production d'émail, il sert d’opacifiant pour l'émail incolore. Dans la production de PET, l’oxyde d’antimoine (III) est nécessaire comme catalyseur. Le “blanc d’antimoine” était autrefois utilisé comme pigment blanc.

Avec un dopage de l'étain sous forme d’ATO (Antimony-Tin-Oxide) pour les revêtements conducteurs transparents des verres, par exemple pour la technologie d’affichage, et des pigments pour les revêtements antistatiques brillants et transparents. Dans les retardateurs de flamme tels que le décabromodiphényléther, le trioxyde d’antimoine est utilisé comme synergiste.

Sécurité

Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a classé le trioxyde d’antimoine comme une substance potentiellement cancérigène.